facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinrssinstagrammail
haitialternative-elections-martelly-evans paul-laurent lamothe-castro desroches-les enfants malades de papa doc-le nouvelliste-livres en folie

Publié dans Le Nouvellistele, le 29 mai 2015

Par : Dieulermesson Petit Frere

Écrit dans un style clair et limpide, « Les enfants malades de Papa Doc »de Castro Desroches est un recueil de contes humoristiques dans lequel l’auteur fait une radiographie profonde de la société haïtienne de son temps. Véritable satyre politique et sociale; ces textes, en grande partie, mettent en scène des personnages de notre milieu tel qu’on les voit ou les connaît. Somme caricaturale d’une société prise aux filets d’un groupe d’hommes qui ne rêvent que de la prise du pouvoir pour se faire une identité, s’attirer la gloire et la fortune.

Histoires de chez nous, ce recueil de contes ou tout simplement de récits se laisse lire avec avidité. Avec une envie à n’en plus finir. Plein de bouffonneries. L’auteur met en scène, avec une ironie mordante, contagieuse, et sans commune mesure, des personnages avec leurs vices et qualités, leurs rêves fous (leurs chimères). Ici, on rencontre tel homme politique, grande gueule, hâbleur qui se voit déjà au palais présidentiel, et toute une clique à ses pieds. Là, telle figure de l’intelligentsia, la tête bourrée de préjugés, qui ne se fie qu’à sa science. Seul dans son monde, il se prend très au sérieux, comme s’il possédait à lui seul tout le bon sens. Le reste n’existe pas. Ou cet ancien exilé, revenu au bercail, beau parleur, hystérique mégalomane, fort de ses appartenances duvaliéristes, qui essaie de se créer une place sur l’échiquier politique.

Comme les grands romanciers naturalistes et réalistes du XIXe siècle français, Castro Desroches se révèle un grand sociologue, fin observateur qui scrute à la loupe les tares d’une société rongée par l’avarice, l’hypocrisie et le mensonge. Une société qui ne jure que par la maladie du paraître, la paresse, la non-croyance dans le travail et l’effort conjugué, la banalisation du savoir, la glorification de la bêtise et tout ce qui en résulte.

Rédigés dans la même veine que « La famille des Pitite-Caille » de Justin Lhérisson ou les séries de Maurice Sixto, dont « Zabèlbòk Berachat », « Ti Sentaniz », « Leya Kokoye » (pour ne citer que les plus connus), ces chroniques constituent, en dépit de leur caractère burlesque, de véritables matières à réflexion sur la situation difficile d’Haïti. Tout passe sous la plume de Desroches. Il ne laisse rien de côté : la politique, l’économie, le carnaval, les fêtes mondaines, le duvaliérisme et ses avatars, les élections de 2010 et plein d’autres questions qui ont agrémenté la vie nationale durant ces vingt dernières années. La langue est très soignée. Le vocabulaire bien choisi. Un livre qu’il faut à tout prix se procurer pour apprendre à (mieux) découvrir toutes les drôleries d’une république malade, mêlant au quotidien tragédie et comédie où chacun se déresponsabilise, laissant à qui mieux mieux la gouverne de la cité.

Castro Desroches, « Les enfants malades de Papa Doc », Educa Vision, 2015, 168 pages.

haitialternative.org

castrodesroches@haitialternative.org

castro desroches pic-haiti-news-haitialternative-martelly-castro desroches pic-evans paul_black

*Castro Desroches enseigne le français depuis dix ans à l’université aux États-Unis. Observateur attentif de la politicaillerie haïtienne, il a déjà publié de nombreux articles humoristiques sur la folie du Pouvoir. Il vient de lancer aux Éditions Educa Vision une « lodyans » intitulée : Les Enfants Malades de Papa Doc. Ce livre est disponible maintenant à Amazon.com.

Il prépare une autre « lodyans » à paraître cet été sous le titre de : Chronique de la Décadence du Chef Suprême.


facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail